Le forum de tous les spectacles

Pour les intermittents et amis du spectacle
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionCalendrier
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Tchat Blablaland
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Naissance et vie du statut des intermittents.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
romain prioul
Là je m'installe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 296
Age : 37
Localisation : Essonne en rp
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Naissance et vie du statut des intermittents.....   Jeu 2 Nov - 11:07

erzakt a écrit:
Citation :
On n'est pas en Afrique, à ce que je sache, et on n'en est pas encore à soudoyer nos politiciens avec des barils !!!!!!! (et heureusement.....)

L'Arabie Saoudite est en Asie...

Mais on s'écarte.
Quitte à continuer dans la digression...

Citation :
l'argent reste le nerf de la guerre!

Pendant un bout de temps, ce n'était pas le cas.
C'est une invention du dernier tiers du 20eme siecle...


euh il me semble que tzun tzu en parle de l'argent non?? ne serais ce que pour entretenir l'armée et payer des émissaires!


Citation :
Citation :
Donnadieu

Donnedieu, si je ne me trompe...


Citation :
nos politiciens sont corruptibles

Tu as fait maths sup' maths spé ?? 39




non éco...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caps33
je parle peu mais je pense beaucoup


Masculin
Nombre de messages : 39
Age : 50
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: Naissance et vie du statut des intermittents.....   Jeu 2 Nov - 11:55

Et si les cotisations assedic étaient calculées sur la totalité du salaire, ca en ferai des sous avec les énormes cachets de nos stars du petit et grand écran !
Pour les bas salaires ca change rien puisqu'ils dépassent rarement la tranche habituelle mais imaginez le résultat pour la communauté ....

Eric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.eric-capmas.book.fr
erzakt
Encore là


Masculin
Nombre de messages : 114
Age : 27
Localisation : vitry
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Naissance et vie du statut des intermittents.....   Jeu 2 Nov - 12:19

Caps 33...

j'ai rien pigé à ton message... Neutral

@ R. Prioul. Je blaguais, juste que le fait de dire que nos politiciens sont corruptibles, ça me fait marrer

A+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
livia
ma nouvelle maison c'est le forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1650
Age : 110
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Re: Naissance et vie du statut des intermittents.....   Ven 3 Nov - 20:50

Dernières nouvelles.......

Citation :
Chers tous,

Un message pour partager avec vous ce que j'ai entendu au rassemblement des
intermittents hier soir, lundi, au Rond-Point et qui évidemment confirme le
contenu des mails qui recommencent à circuler en nombre :

il va falloir de toute évidence se remobiliser comme en 2003 pour échapper
au pire, avant d'imaginer un meilleur ou une refonte du statut et des
annexes 8 et 10 fondée sur un bon sens qui disparaît aujourd'hui de
l'horizon.

Il y a brutalité et détermination de la part des pouvoirs en place : le
gouvernement, la majorité du groupe UMP, le Medef et aussi la CFDT,
gestionnaires de l'UNEDIC; rien ne sert de se le cacher. On en pense ce
qu'on veut mais le mot d'ordre dominant semble bien être : il y a trop
d'intermittents; et ce à la lumière directe des faits.

Beaucoup d'espoirs ont été placés dans cette loi cadre dont le vote a été
proposé à l'Assemblée par le Comité de Suivi que tout le monde connait et
qui regroupe des députés de gauche et de droite. Ce qui s'est passé est
éloquent (vous avez sans doute lu les compte-rendu qui ont circulé) : le
même jour, pour
la loi sur le génocide arménien, le quorum dans l'hémicycle n'était pas
réuni, mais le vote a eu lieu (et tant mieux); pour la loi sur les
intermittents, le quorum n'était pas réuni, le groupe UMP l'a dénoncé et le
vote n'a pas eu lieu (et tant pis). C'est aussi simple que ça... bien joué
de la part de l'UMP me dira t'on, oui, mais il est pour moi étrange de
penser que l'on joue aussi facilement et de manière aussi cynique à
l'Assemblée Nationale, invalidant de façon aussi dérisoire le travail du
législateur-député représentant élu par les Français. Des manoeuvres de ce
genre, il y a du y en avoir, et des pires, depuis que les hommes font de la
politique; mais le moins qu'on puisse faire est de prendre acte et de
constater qu'il n'y a pas de place pour la discussion et la négociation et
que les dits pouvoirs en place passeront en force, à moins qu'on leur
démontre qu'il est dangereux de s'acharner à ne jamais négocier (l'histoire
de notre pays depuis deux-trois ans peut finalement se résumer à ça).

Il est également étrange de constater avec quelle régularité et
détermination les engagements (RDDV, Chirac, Sarkozy dans un de ses discours
préélectoraux,...) se sont succédé - notre cause serait entendue, nos
professions "sécurisées", notre statut négocié, l'emploi préservé, le
dialogue rétabli, la parité respectée -, nourrissant jusqu'aux espoirs les
plus raisonnables, ceux dont on se dit que ça n'est pas si compliqué, que ça
assainit la situation au profit de tout le monde et donc que ça devrait être
possible.... et bien non, les faits contredisent systématiquement les
paroles, à un point et avec une brutalité qui file la nausée.

L'accord du 18 avril qui (et je ne retiendrai que ça) entrainera la
suppression du Fonds Transitoire (nous sommes 34 000 à être repêchés, ce qui
a environ coûté à l'Etat quelques 170 000 000 d'euros..., donc tant mieux
pour l'Etat). Un Fonds permanent le remplacera qui assurera au salarié qui
ne réunit pas ses 507 heures en 10 mois ou 10 et demie, deux, trois ou six
mois d'indemnités supplémentaires suivant son ancienneté, une fois dans sa
vie, et c'est tout. Donc, si je sors des annexes 8 et 10, j'aurai
personnellement deux mois en cadeau et puis au revoir, jusqu'à ce que je
refasse 507h en temps et en heure, deux mois, six mois, un an plus tard ?

... (remarque au passage : en économie, on appelle ça l'effet de ciseaux, on
peut parler d'un jeu de mâchoires, la casse des annexes serait la mâchoire
du haut, la mâchoire du bas, ce sont les réductions des financements à la
culture, leur répartition de plus en plus politique, absurde et inégale, le
fonctionnement de plus en plus cauchemardesque et aléatoire des
administrations, la multiplication des contrôles ne visant pas forcément les
plus fraudeurs, le verrouillage du système qui fait que tout est plus dur à
obtenir, et à faire fonctionner ne serait-ce que dans la légalité, la
révision à la baisse des conventions collectives et peut-être même, si
certain candidat passe, la suppression du Ministère de la Culture... au
milieu de ces mâchoires, devinez!...)...

La CFDT a signé cet accord du 18 avril, la CFTC aussi et la CGC donnera sa
réponse début décembre, mais doit-on se faire des illusions ? Tous les trois
ont déjà signé en 2003 (contre l'avis de leurs délégations spectacle
respectives), qu'est-ce qui empêchera le scénario de se renouveler ? En tout
cas, nous aurons beau trouver ça dégueulasse et le penser très fort, ces
signatures suffiront à ce que ce que nous trouvons dégueulasse en le pensant
très fort devienne réalité.

Deux dates de mobilisation et de manifestations ont été annoncées : les 14
novembre et le 6 décembre. La première devant l'UMP, 55 rue de la Boétie à
11h... Pour la seconde, la CGC sera en train de se poser la question de
savoir si elle signe ou pas, donc partout! Souvenons-nous que nous avons
réussi à être plus de 10 000 dans la rue, c'est arrivé, que les médias nous
ont consacrés leurs unes et leurs gros titres, c'est arrivé aussi... l'enjeu
aujourd'hui est aussi grave.

Ce qu'il y a de nouveau, c'est que le temps a passé... combien sont prêts à
"s'exciter" aujourd'hui comme ils ont pu le faire en 2003, après :
- s'être mangé une défaite aussi humiliante que la ratification du protocole
du 26 juin
- pour certains y avoir laissé des plumes
- pour beaucoup avoir été repêchés par le Fonds Transitoire, et donc ne pas
avoir vécu encore la brutalité du protocole
- pour beaucoup aussi (combien ? on ne le sait pas), avoir été expulsés de
tout
- et pour certains (beaucoup ?), il faut le dire, avoir vu leurs indemnités
et leurs revenus sensiblement augmenter... grâce à ce protocole.

... Sur ce dernier point, le chiffre est évidemment à vérifier, mais un
intervenant à la tribune nous a livré l'information suivante : un
intermittent qui a une moyenne de revenus de 12 000 euros par mois (ça
existe!), grâce au nouveau système de franchise de l'actuel protocole se
voit attribué un capital d'indemnités de 23 000 euros à écouler sur les 243
jours non travaillés. Indemnités financées en partie évidemment par les
intermittents sortis des annexes et qui continuent à payer leurs
cotisations. Peut-on rêver un ressort diviseur de troupes et de profession
plus efficace que celui-là ?

Tout le monde à l'énoncé de ces faits était hier soir en colère, je suis, je
l'avoue, en colère, ou plutôt je ne décolère pas... l'un des intervenants
(le même : S. Churin, de la coordination des intermittents) nous a justement
rappelé que le Fonds Transitoire n'a pas été créé par philantropie, mais
parce qu'après Avignon 2003, et autres festivals, les César, les Molière, la
StarAc, Cannes 2004, les manifestations, les discours de personnalités
respectées, l'engagement de la profession, de députés et j'en passe, ce
qu'on peut appeler une année de lutte... le gouvernement a jugé bon de faire
quelque chose. Il faut se rappeler que les députés les plus réactifs pour
nous soutenir (de droite ou de gauche) sont les élus de circonscriptions
organisant des festivals... que la culture a en France un poids économique
énorme, et contribue à la richesse nationale à égalité avec les plus gros
secteurs de l'industrie. Nous ne méritons pas ça... que se passe t'il
exactement dans la complexion psychique des fameux pouvoirs en place pour
nous l'infliger de cette manière là, qui plus est en usant d'une légèreté un
peu gênante à force avec le fonctionnement d'un état démocratique, il sera
toujours temps de se poser la question...

Pour l'instant, il faut se remobiliser.

Merci d'avoir lu jusqu'au bout.
Amitiés
Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
livia
ma nouvelle maison c'est le forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1650
Age : 110
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Dernières infos sur notre statut.....   Mer 8 Nov - 20:06

Syndicat français
des artistes interprètes


Personne n’est plus à l’abri ! Il faut sauver nos métiers !

Le SFA dénonce la signature annoncée par la CFDT, la CGC et la CFTC (syndicats minoritaires) du protocole du 18 avril 2006 qui, confirmant et aggravant les conditions d’accès et d’indemnisation des artistes et techniciens prévues par le protocole du 26 juin 2003, va
accroître l’exclusion d’un grand nombre de professionnels de toute indemnisation chômage.
Depuis l’application du protocole de 2003, ce sont quelque 30 000 professionnels qui ont été exclus des annexes ASSEDIC. Même s’ils ont pu, pour une part, bénéficier du rattrapage lié aux Fonds « provisoire » puis « transitoire », il n’en reste pas moins que plus de 5 000 d’entre eux sont aujourd’hui au RMI.
Le Fonds de Professionnalisation prévu par le ministre de la Culture n’est destiné qu’à accompagner la volonté d’expulser des milliers d’artistes interprètes de leur droit d’exercer leur métier. Ce ne sont pas quelques améliorations à la marge qui empêcheront cette exclusion massive. De plus, ceux qui pourront se maintenir subiront une pression accrue de leurs employeurs sur leurs salaires et conditions de travail dans ce contexte de course aux cachets.
Le SFA appelle les artistes interprètes à se battre contre l’agrément et l’extension de ce protocole.
D’ores et déjà, le SFA et les autres syndicats de la fédération, appellent à deux initiatives dans les semaines qui viennent :
- Face à l’attitude du parti majoritaire (dont est membre notre « ministre de tutelle ») qui s’est rendu coupable d’un véritable déni de démocratie en empêchant le vote du projet de loi le
12 octobre à l’Assemblée nationale, alors que des dizaines de ses députés s’étaient engagés à soutenir ce projet aux côtés des centaines d’élus des autres partis :

LE MARDI 14 NOVEMBRE À 11H,
RASSEMBLEMENT devant le siège de l’UMP,
55 rue La Boétie, Paris 8° (Métro Miromesnil)


- Par ailleurs, le SFA, avec les autres syndicats de la fédération du Spectacle CGT, appelle à une grande journée de grèves, d’actions, et de manifestations le mardi 6 décembre 2006 .

Nous n’accepterons jamais une régulation sociale de nos secteurs d’activité par l’exclusion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erzakt
Encore là


Masculin
Nombre de messages : 114
Age : 27
Localisation : vitry
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: Naissance et vie du statut des intermittents.....   Mer 8 Nov - 20:40

Tant que vous bloquez pas les transports Arrow
Citation :
la suppression du Ministère de la Culture
Mouarf, et vous y croyez, en plus??
Et comme disait tonton Joseph, "Quand j'entends le mot "culture", j'ai envie de faire un massacre"

Citation :
LE MARDI 14 NOVEMBRE À 11H
Désolé, j'ai cours

Citation :
mais doit-on se faire des illusions
Après tout, vous bossez dans le monde du spectacle...

A+

'Zakt, fataliste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
livia
ma nouvelle maison c'est le forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1650
Age : 110
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Re: Naissance et vie du statut des intermittents.....   Jeu 9 Nov - 13:03

Les nouvelles au jour le jour.....


Objet : Suite à l'AG du 6 novembre à la CIP-IDF


Suite à l'AG du 6 novembre à la CIP-IDF
les envies de bouger et de faire quelque chose avant le 6 décembre
qui parcouraient la salle du Rond Point le 30 octobre
se concrétisent !


L¹objectif est de se faire une place haut et fort d¹ici le 6 décembre
(journée nationale de grèves et d¹actions)

Les commissions suivantes reprennent du poil de la bête :

Agit prop : Agitation-perturbation ; présence et information maligne,
ouverte et précise sur les lieux de travail ; pancartes, banderoles,
slogans...

Info diffusion : communiquer sur ce qui va changer si nous ne faisons rien
(conséquences de la disparition du fond transitoire), photocopier, tracter,
mailer.

Action : vous avez sans doute des idées d¹objectifs ou de formes d¹actions
très pertinents à venir partager.

Renforcement des commissions cap et de face aux contrôles : connaître
précisément les textes qui nous sont faits et ceux qui nous pendent au nez
pour pouvoir les déjouer et avoir un appui concret et critique pour nos
revendications.


Première réunion jeudi 9 novembre à la cip-idf à 16h30
14-16 Quai de la Charente, 75019 Paris (Métro Corentin Cariou) Tél : 01 40
34 59 74

Et rendez-vous sur www.cip-idf.org pour le planning des prochaines réunions,
si vous ne pouvez pas venir jeudi.
Assemblée tous les lundis à 18h30
Même si vous n¹avez que quelques heures à consacrer à cela d¹ici le 6
décembre, venez, venez vous exprimer, venez écouter, venez faire des
photocopies, venez participer à une distribution de tracts, prenez quelques
heures chez vous pour faire du mailing, etc

Tout ce qui a été obtenu l¹a été par la lutte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
J-P Mouvaux
je parle peu mais je pense beaucoup


Masculin
Nombre de messages : 10
Age : 89
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Naissance et vie du statut des intermittents.....   Jeu 9 Nov - 22:20

C'est sans doute pas grand'chose, mais tu sais, livia, que vous avez mon soutien "moral".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
livia
ma nouvelle maison c'est le forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1650
Age : 110
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Re: Naissance et vie du statut des intermittents.....   Jeu 9 Nov - 22:31

Il faut venir à la manif même ceux qui ne sont pas dans le spectacle....
Plus on sera, mieux ce sera.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
livia
ma nouvelle maison c'est le forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1650
Age : 110
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Lettre écrite pour le public par la CIP d'Ile de France.....   Ven 17 Nov - 21:52

CHER PUBLIC : vous avez assisté à 2003, voici 2006…

Le coup de grâce
aux professions du spectacle !



Trois années de lutte face à des pouvoirs autistes.

Cher public, les professions du spectacle sont loin de défendre des privilèges. Le protocole mis en place en 2003 pour régir le statut ASSEDIC des intermittents du spectacle a démontré ses effets dévastateurs et pervers. Nous savons que la survie de nos métiers est en jeu. Un nouveau protocole daté du 18 avril 2006 est en passe aujourd’hui de nous donner le coup de grâce.

Le déni des propositions issues du terrain (l’épisode du 12 octobre) :
Depuis trois ans, l’ensemble de la profession n’a cessé de réclamer une réforme économiquement viable et socialement équitable (tout le contraire de l’actuel protocole). Des parlementaires, des syndicats et la Coordination des Intermittents et Précaires se sont réunis au sein d’un Comité de Suivi pour travailler à un nouveau projet de réforme visant à réduire les déficits et à aménager la précarité inhérente à nos métiers, sur des principes de bon sens. 476 parlementaires (députés et sénateurs de droite et de gauche) soutiennent aujourd’hui ce projet… un exploit ! Ils s’engagent à voter une loi (la PPL) encadrant notre système d’assurance chômage. Ce projet de loi a été déposé le 12 octobre dernier à l’Assemblée Nationale mais… le vote n’a pas eu lieu ! M. Bernard Accoyer (président du groupe UMP) a eu l’ingénieuse idée de sortir du tiroir une procédure rarement utilisée : dénoncer un quorum insuffisant dans l’hémicycle. Il est ainsi parvenu à annuler les discussions alors que dans la même matinée une autre loi venait d’être votée sans que le quorum soit réuni.

Tels sont le cynisme et la violence qui nous font face, à l’image de toutes les réponses apportées par le gouvernement (malgré ses promesses), par l’UMP et par le Medef : refus d’étudier, refus de négocier, refus d’entendre, point. Face à l’échéance d’un nouveau protocole, nous ne pouvons accepter un tel déni, qui réduit à néant et de façon dérisoire le travail du législateur et les espoirs de toute une profession.


Un nouveau protocole économiquement aussi absurde et socialement plus violent que le précédent.


Comme en 2003, ce deuxième protocole initié par le Medef est en passe d’être signé par des directions de syndicats contre l’avis de leurs propres délégations spectacle (CFDT, CFTC et CGC). Pour quels motifs et suite à quelles tractations avec le Medef pour la gestion des caisses internes de l’Unedic ? Ces syndicats sont de plus non représentatifs : 3 % de la profession. Qu’en est-il de la parité ?

Dès mars 2004, la mission d’information sur les métiers artistiques qui avait pour rapporteur Christian KERT (député UMP) indique : « l’accord du 26 juin 2003 n’a pour l’instant permis de réduire ni le déficit, ni les abus, ni les fraudes au dispositif, et la mission doute qu’il n’atteigne cet objectif dans la durée ». Oui : le déficit s’est accru (+ 80 millions d’euros de 2003 à 2004), et ce malgré le dégraissage des effectifs indemnisés. Première explication : les forts revenus sont avec ce protocole assurés de capitaliser de fortes indemnités et ceux qui gagnent le plus d’argent voient leurs indemnités augmenter (chose impossible avec le projet de loi de la PPL). Nous rappelons par ailleurs que les plus fragiles, ceux dont l’activité est fondée sur une vraie discontinuité se voient éjectés du système. Sur ces observations, le Ministre de la Culture et de la Communication, R. Donnedieu de Vabres, a clairement fait savoir qu’il était exclu que le protocole de 2003 « soit reconduit dans sa brutalité ». Il l’est ! Le protocole du 18 avril 2006 reprend intégralement la philosophie du premier : coûteux, absurde, inéquitable. Il pervertit le rôle social des ASSEDIC et remplace la solidarité interprofessionnelle par un système d’assurance personnelle. Le Medef agit-il ainsi pour des motifs économiques ou idéologiques ?

Trois années ont permis d’évaluer les effets dévastateurs du protocole de 2003 : 34 000 d’entre nous ont été rattrapés par un Fonds Transitoire négocié de haute lutte et financé par le Ministère de la Culture. Avec le nouveau protocole, ce Fonds disparaît, remplacé par un Fonds cyniquement nommé de Professionnalisation qui accélèrera la sortie de route vers le RMI avec exigences de reconversion… Il s’agit bien d’une politique de dégraissage massif, en force, brutal, sans concertation, dans le déni et le mépris de nos professions… entre 30 et 40 000 salariés se retrouveront en danger à court terme (danger = bascule dans la précarité absolue) : quel secteur économique accepterait une telle situation ?


Quelle culture pour demain ?

La production artistique en France génère autant de richesses que les plus gros secteurs industriels (aéronautique, automobile etc…). Tous les rapports le disent et tous les acteurs économiques et les élus en sont conscients. Pour preuve : la mobilisation des maires et députés possédant des festivals dans leurs circonscriptions.

L’effet de ce protocole, la réduction des financements à la création et à l’action culturelle, la multiplication des contrôles (devenue une arme contre les plus faibles) provoqueront à moyen terme le démantèlement du tissu culturel : il sera de plus en plus difficile, voire kafkaïen de mettre en chantier des productions hors grands circuits, les équipes artistiques n’arriveront plus à pérenniser leur travail sur le terrain et les jeunes talents auront de plus en plus de mal à rentrer dans le métier. Quant à l’argument : seuls les meilleurs survivront, il est faux et dangereux !

Cette politique conduira à l’absorption de la production artistique par les seules industries culturelles et institutions les plus nanties, à l’égal du mouvement de concentration des médias et de l’information dans notre pays dont nous constatons aujourd’hui les effets sur la démocratie. Il y aura « sanctuarisation » des professionnels de la culture à l’exclusion de toute réflexion concertée sur la réalité et la diversité de nos pratiques et de leurs financements.

Débattre du statut de l’artiste et de tous les salariés travaillant pour la culture se trouverait-il donc au centre du choix de société dans laquelle nous voulons vivre demain ?

Coordination des Intermittents et Précaires d’Ile de France – www.cip-idf.org
14/16 quai de la Charente 75019 Paris
Assemblées Générales tous les lundi à 18h30 (s’informer sur le site)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naissance et vie du statut des intermittents.....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Naissance et vie du statut des intermittents.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Statut Agent de voyage
» Quel statut pour de la confection?
» Statut auto-entrepreneur
» CREATION D ENTREPRISE ET STATUT
» difficulté pour choisir mon statut d'entreprise!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de tous les spectacles :: Informations intermittents en tout genre :: Du coté de la lutte-
Sauter vers: