Le forum de tous les spectacles

Pour les intermittents et amis du spectacle
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionCalendrier
Derniers sujets
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Tchat Blablaland
Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Des nouvelles du front....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
livia
ma nouvelle maison c'est le forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1650
Age : 110
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: Des nouvelles du front....   Sam 15 Sep - 23:06

[Lesindisponibles] Communiqué aux signataires des Indisponibles - Solidaires des 4 : 4 ans après la prise de parole à la Star'Academy, 4 intermittents en procès?
De : lesindisponibles-bounces@cip-idf.org au nom de Les Indisponibles (lesindisponibles@free.fr)


4 ans après la prise de parole à la Star'Academy,

4 intermittents en procès


Le 18 Octobre 2003, après 5 mois de contestation du protocole UNEDIC régissant le régime d'indemnisation du chômage des intermittents, une centaine de manifestants s'invite à l'émission Star Academy pour une prise de parole en direct.

Tandis que sur le plateau un manifestant lit un communiqué sous les applaudissements du public, d'autres sont bloqués dans le hall d'entrée, frappés par des vigiles particulièrement violents.

Trois intermittents blessés tentent de porter plainte. Ils sont alors arrêtés et placés en garde-à-vue 48 heures. Un 4ème, pris au hasard, subit le même sort.

Ils sont mis en examen et poursuivis par le ministère public pour « entraves à la liberté du travail et d'expression, violences, voies de fait.»



Ce 28 septembre 2007, ces 4 accusés seront jugés devant la 14e chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Bobigny.

Ils ne seront pas seuls, 31 manifestants qui revendiquent leur participation à cette action se portent comparants volontaires.

Pour rappeler d'abord qu'une Justice pour l'exemple, ce n'est simplement pas la Justice.

Pour rappeler ensuite que la violence n'était pas du côté des intermittents, mais bien des vigiles.

Pour dire enfin la légitimité de cette action comme de toutes celles que nous avons menées.

Nous avions raison de dénoncer la collusion entre des images fabriquant des cerveaux disponibles et la dégradation des droits sociaux.

Contre tous ceux qui résistent à la précarisation, à la casse du droit du travail et de la protection sociale, à la reconduction aux frontières, contre ceux qui simplement expriment en public leur désaccord (par une voix forte) : On frappe, on met en examen, on enferme, …

Non au gouvernement par la peur

Non a la criminalisation des luttes


Rassemblement le 28 septembre à 11h et pendant le procès l'après-midi
devant le TGI de Bobigny. (Métro Pablo Picasso)
Faites signer la pétition de soutien : http://www.cip-idf.org/petition/index.php?petition=3&signe=oui

Pour voir les signataires : http://www.cip-idf.org/petition/index.php?petition=3&pour_voir=oui

Pour nous contacter par courriel, écrire uniquement à lesindisponibles@free.fr
Soutien financier à "Solidaires des 4" - CIP-IDF - 14/16 Quai de la Charente 75019 Paris
http://www.cip-idf.org/

JEUDI 20 SEPTEMBRE 2007


"En soutien Aux Inculpés de la Star Academy"

Soirée débat sur La pénalisation des mouvements sociaux
de 20h à 22h à la Mer à Boire

1, rue des Envierges 75020 Paris

Intervenants :

Evelyne SIRE-MARIN magistrate, ex présidente du syndicat de la magistrature, co-présidente de la fondation Copernic
Marie-José MONDZAIN, philosophe, écrivain, directeur de recherche au CNRS
Anne-Cécile ROBERT, journaliste du Monde Diplomatique, professeur associé à l’institut d’études européennes de Paris VIII
Jean-Émile SANCHEZ, paysan et ancien porte-parole de la Confédération Paysanne ...
Lire, à la fin du document, "la Pénalisation du Mouvement Social" par Evelyne Sire-Marin


VENDREDI 21 SEPTEMBRE 2007

"En soutien Aux Inculpés de la Star Academy"

ConcertavecLes fils de TheupuVin’sGaspard LaNuitLes GueuxMico Nissim et Richard Raux
A partir de 20h30
Studio de l’Ermitage8, rue de l’Ermitage, 75020 Paris
M° Jourdain/MénilmontantBus 26 ou 96


VENDREDI 28 SEPTEMBRE 2007

PROCES des Inculpés de la Star Academy RdV devant le Tribunal de Grande Instance de Bobigny173, avenue Paul-Vaillant-Couturier, Bobigny M° Pablo-Picasso (ligne 5)
11H00 : RASSEMBLEMENT de Soutien
Prises de paroles par divers représentants des formations politiques, de syndicats, d’associations citoyennes, etc...
Affichage des signataires de la pétition et de leurs textes de soutien
Des forums se tiendront l'après-midi, pendant toute la durée du procès

12H00 : CONFERENCE DE PRESSE
avant l’entrée au Tribunal des prévenus et des comparants volontaires prévue à 13H00

13H00 : APPEL A RASSEMBLEMENTS DEVANT LES TRIBUNAUX DES REGIONS
avec tous les collectifs solidaires


Non à la pénalisation des luttes sociales !

Pour nous contacter par courriel, écrire uniquement à lesindisponibles@free.fr
Soutien financier à "Solidaires des 4" - CIP-IDF - 14/16 Quai de la Charente 75019 Paris
http://www.cip-idf.org/


LA PENALISATION DU MOUVEMENT SOCIAL

La Déclaration des Droits de l'Homme (article 2) précise que le but de toute association est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme et que ces droits sont notamment la liberté et la résistance à l'oppression. L'exercice de ce droit aboutit pourtant en France à des poursuites pénales.

Un arsenal législatif a été mis en place en Europe afin de permettre la

pénalisation collective des syndicats et des associations. On se souvient à cet égard de la loi anti casseurs de 1970 en France et de la loi Tebbit de Margaret Tatcher en 1982, qui est parvenue à briser une vaste grève de mineurs, et surtout à démanteler durablement leurs syndicats, par un texte assimilant les luttes sociales à une forme de terrorisme.

L'esprit de ces textes répressifs est toujours le même: Instituer une
responsabilité collective du syndicat ou de l'association citoyenne, afin de la rendre civilement responsable sur ses biens des faits pénaux reprochés à l'un quelconque de ses membres. Il s'agit d'étrangler financièrement les collectifs militants.

Quant aux militants eux-mêmes, les condamnations pénales sont un instrument politique extrêmement efficace pour briser leurs engagements:

Après l'incarcération de José Bové en 2004 et les condamnations de faucheurs volontaires, après les condamnations des manifestants du mouvement lycéen de 2004, et celles des jeunes des banlieues en novembre 2005, des poursuites s'annoncent aujourd'hui contre les militants du RESF (Réseau Education Sans Frontière) et contre des maires citoyens, parce qu'ils tentent de soustraire les familles de sans papiers à la traque policière.

Certains préfets envisagent d'endiguer la résistance citoyenne qui se
manifeste afin d'éviter les expulsions de France des enfants immigrés, en demandant aux Procureurs de poursuivre les militants et même certains travailleurs sociaux, pour "aide au séjour irrégulier des étrangers" grâce à la combinaison de la loi sur la criminalité organisée de 2004 avec la loi "immigration choisie" de 2006. Or, les tribunaux condamnent systématiquement les militants, qu'ils soient salariés, paysans, étudiants, ou grévistes, lorsqu'ils manifestent contre un ordre injuste. Sauf à de rares exceptions, la justice refuse de se saisir de la notion d'état de nécessité, qui permettrait pourtant d'exonérer pénalement celui qui commet un délit pour défendre des valeurs supérieures, comme le droit à l'information, le droit au travail, le droit à un environnement sain, ou le droit d'asile. Mais, dans toutes ces luttes, il apparait en fait que ces personnes sont condamnées parce qu'elles contestent des politiques sociales et économiques ultra-libérales ayant pour conséquences les fermetures d'usines, les OGM et la commercialisation du vivant, la construction d'une Europe forteresse, ou la réforme des retraites.

La lutte des intermittents pour sauvegarder leur régime d'assurance chomâge est l'exemple de cette pénalisation du mouvement social, caractéristique d'une justice très politique, et fonctionnant à deux vitesses: D'un côté des militants poursuivis pour des actes mineurs, de l'autre des procès interminables, aboutissant à des relaxes, comme celui du sang contaminé, ou de nombreuses affaires économiques et financières.

Evelyne Sire-Marin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lakmé
Je ne veux pas laisser le forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 627
Age : 44
Localisation : Aywaille
Date d'inscription : 03/04/2007

MessageSujet: Re: Des nouvelles du front....   Mar 18 Sep - 0:35

Waouw, je savais pas que c'était allé si loin cette histoire. C'est impressionnant l'ampleur que cela a pris.
C'est révoltant. affraid
Suis de tout coeur avec vous. sunny
clegal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.01casting.com/lakme
Djo
Je ne veux pas laisser le forum
avatar

Féminin
Nombre de messages : 561
Age : 55
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 04/01/2007

MessageSujet: Procès des 4 (+31) de la Star Academy - Délibéré du 16/11   Mar 20 Nov - 13:26

A priori, ils auraient obtenu une relaxe partielle. A lire l'article sur site du Parisien :

http://www.leparisien.com/home/maville/seinesaintdenis/article.htm?articleid=291371595
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://djorah.unblog.fr/
djzine
je parle peu mais je pense beaucoup
avatar

Masculin
Nombre de messages : 99
Age : 106
Localisation : paris
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Re: Des nouvelles du front....   Jeu 17 Jan - 14:47

Salut pour info, un texte commun de la cgt-spectacle, cgt-culture et cgt-ferc
en réaction à la politique actuelle dans la culture :

Politique Culturelle : soldes … avant liquidation ?

Nous vivons un tournant décisif et singulièrement grave dans l’histoire des politiques culturelles en France. Au coeur de l’idéologie du projet présidentiel, l’idée même que la culture relève d’une responsabilité publique est aujourd’hui remise en cause.
Le dogme du « moins d’Etat » entraîne une réduction des missions et des moyens d’intervention du Ministère de la Culture, ainsi qu’une « culture de résultat » basée sur de pseudo indicateurs, purement comptables, établis par un consultant privé, Mars & Co.
La lettre de mission adressée à Christine Albanel, les réformes des structures du ministère dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP) et les restrictions budgétaires actuelles et à venir – et dont le spectacle vivant et l’action culturelle souffriront en premier chef – font partie d’une vaste opération de démantèlement d’une politique menée parun Ministère qualifié de « pilote », alors même que son budget ne représente qu’à peine 1 % du budget de l’Etat.

Cela se caractérise par :

- des gels budgétaires et des désengagements financiers, partout où la participation de l’Etat serait jugée dérisoire. Ce ne sont pas les quelques 37 millions pour le spectacle vivant agités comme les grelots du bouffon qui nous rassurent, et ce d’autant moins que la Ministre vient d’annoncer qu’ils serviront aussi à l’action culturelle cinématographique et aux festivals !

- Compte tenu de ces restrictions, le gouvernement va procéder à de nouvelles vagues de transferts de charges sur les collectivités territoriales: monuments, musées, entreprises de création, de diffusion, festivals…et il encourage l’accroissement de la part de financements privés dans le budget de tous les établissements sous tutelle du Ministère.

Cela se traduit par :

- le placement de plusieurs musées nationaux sous le régime « industriel et commercial », pour augmenter l’influence du « marchandising » dans leurs budgets, - le transfert de l’activité d’établissements du Ministère vers des filiales privées, notamment dans le secteur de l’archéologie préventive ou de la Réunion des Musées nationaux,

- les projets de commercialisation (vente et location) des oeuvres d’art et objets des collections publiques, mais aussi lesdites « marques » culturelles, et les savoir faire, (la « marque » Louvre cédée aux Emirats d’Abou Dabi contre 400 millions d'euros) ;

- la soumission de la création et des opérateurs culturels à des critères comptables dits de « performance », « parts de marché du cinéma français », « impact des rénovations sur les niveaux de fréquentation », « part des transactions mondiales du marché de l’art réalisées en en France », « volume d’exportation des produits culturels », bref une conception utilitaire de la culture, de la pensée et de l’art.

Tout cela s’inscrit dans une campagne ayant pour thème « les idées que la « gauche » n’a pas su mettre en place ». Deux exemples :

- « la gratuité des musées » : toutes les expériences européennes démontrent pourtant qu’elle ne suffit pas à un élargissement des publics.
- « la suppression totale de la publicité dans l’audiovisuel public » : celle-ci constitue un cadeau royal pour les chaînes privées et préfigure la réduction du périmètre de l’audiovisuel public car les pertes de ressources ne seront pas compensées ( il n’est pas question d’augmenter la redevance) et sa fragilisation servira de prétexte à la privatisation d’une des chaînes.

Pour faciliter cette dérive vers les lois du marché :

– le gouvernement « allège » jusqu'à faire disparaitre des pans entiers de l'administration de l'Etat par le biais d'une réduction draconienne du nombre des directions d’administration centrale du Ministère,

– on « fusionne » certaines autres, avec l’annonce d’une « Direction de la création » mêlant sous sa tutelle, artistes interprètes salariés et plasticiens non salariés parexemple,

– on remet aussi en question les DRAC, pour lesquelles l’élaboration des schémas de réforme relève directement de Matignon et de l’Intérieur.
Dans le même temps, Christine Albanel demande à son administration d’évaluer l’impact d’une réduction des crédits de fonctionnement et d’intervention pouvant s’élever sur trois ans, à 20 % !! et elle commande aux services de passer au crible l’intégralité des politiques et des
procédures afin de dégager des « économies pérennes ».
Ce qui est remis en cause, c’est l’engagement historique de l’Etat en matière de soutien à la création, de promotion et de développement de la diversité culturelle, de préservation du patrimoine, pour son appropriation par le plus grand nombre, d’aménagement et de maillage culturels du territoire pour une véritable démocratisation culturelle.

La Cgt a clairement choisi son camp : celui d’un service public défendu et renforcé. Pour ce faire, elle réaffirme l’urgence de la mise en place d’une loi d’orientation pour la Culture, largement débattue entre tous les acteurs, et d’une loi de programmation avec un budget indexé sur le PIB.
Ensemble, acteurs, professionnels et personnels de la culture, le temps de la contreoffensive est venu pour arrêter le bras des casseurs.


Voilà
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://djzine.new.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des nouvelles du front....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des nouvelles du front....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TASEKO....nouvelles :
» NOUVELLES DE 2011
» Economie sociale et solidaire : Nouvelles trajectoires d'innovations
» Nouvelles révélations sur le trésor de la Wilaya III
» Nouvelles règles pour poster dans le salon "Chaînes de parrainage" - A LIRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de tous les spectacles :: Informations intermittents en tout genre :: Du coté de la lutte-
Sauter vers: